Toute l’actualité Lyon Entreprises

Ouverture jeudi 23 septembre du Sihra, avec moins d’exposants, mais en présence du président de la République…

Décidément l’exécutif a les yeux de Chimène pour Lyon-Eurexpo, les salons qui s’y déroulent et indirectement pour GL events, la société d’événementiel lyonnaise d’Olivier Ginon qui les organise… Accompagné de deux ministres, Jean Castex, 1er ministre s’est rendu récemment sur le salon Global Industrie pour vanter la relocalisation de l’industrie et la réindustrialisation de notre pays fléchée par le Plan de relance. Cette fois, c’est Emmanuel qui se rendra au Sirha, le salon qui symbolise cette fois la reprise au sein d’un secteur de l’hôtellerie et de la restauration durement éprouvé par la crise.

Davy Tissot qui représente la France au Bocuse d’or organisé dans le cadre du Sirha, le plus important par sa taille, salon d’Eurexpo, va sans doute ressentir un poids supplémentaire sur ses épaules le 27 septembre.

Pour la première fois un président de la République, en l’occurrence Emmanuel Macron se rendra sur le salon. Il sera sur le salon, non pas pour l’inaugurer, mais lors du dernier jour, le 27 septembre, marqué par le Bocuse d’or et son ambiance surprenante digne d’un stade de football avec des supporters frénétiques. Il devrait y croiser Laurent Wauquiez qui a accompagné financièrement le champion français qui est aussi Lyonnais : il part avec quelques chances d’emporter le trophée, face à une concurrence qui s’annonce très rude…

Cette visite présidentielle devrait être très politique car destinée à marquer le retour à la normale, mais aussi sans doute porter un message de reprise au sein du secteur de l’hôtellerie restauration. Il devrait y être question du pass sanitaire…

2 000 exposants cette année contre 3 700 en 2019

Emmanuel Macron visitera ainsi le plus important par la taille, salon d’Eurexpo, le plus grand salon au monde dédié à la gastronomie avec cette année ses 2 000 exposants (contre il est vrai 3 700 exposants lors du dernier Sirha, en 2019 : ce sont, cette fois, surtout les européens qui seront présents) , 300 chefs et 24 concours dont le plus prestigieux est bien sûr le Bocuse d’or, suivi par la Coupe du Monde de la Pâtisserie.

Décalé du mois de janvier au mois de septembre, ce Salon international de la restauration, de l’hôtellerie et de l’alimentation, selon sa dénomination complète ouvrira ses portes jeudi 23 septembre pour les refermer le 27.

Emmanuel Macron devrait la veille de sa visite au Sirha, dimanche 26 septembre, participer au traditionnel repas des chefs du salon : un repas, qui réunit des dizaines et des dizaines de vestes blanches, dont la plupart des plus grands chefs de la planète et qui cette année se déroulera au sein de la préfecture du Rhône.

On verra quelles déclarations le président de la République effectuera à cette occasion, mais cette visite annoncée d’Emmanuel Macron au Sirha est d’ores et déjà ressentie comme un geste fort envers la profession, il est vrai durement éprouvée par la crise sanitaire. Un geste qui se veut sans doute comme une sorte de rappel des propos quelque peu oubliés, du Premier ministre, Jean Castex, l’année dernière lorsqu’il assurait vouloir faire de 2021 “l’année de la gastronomie française”.

Le Sirha ne pouvait en tout cas rêver meilleur coup de projecteurs !

Cette année, ledit Sirha bénéficiera notamment de trois facettes particulières : il se veut d’abord éco-responsable ; le Bocuse d’or ne doit pas faire oublier qu’il n’aura jamais autant développé de concours, ils seront 24 au total sur le salon. Il fêtera enfin cent ans de gastronomie française, une période caractérisée par la starisation des chefs (et de quelques cheffes encore trop peu nombreuses) dont la présence du président de la République constitue le signe.

Un Sirha qui se verdit

Le développement durable sera au cœur du Sirha. Pas moins de 400 exposants sur 2 000 vont proposer cette année une offre éco-responsable. Ainsi, par exemple, les surplus alimentaires générés durant les cinq jours du salon, seront collectés par la Banque alimentaire.

Les biodéchets, eux, seront pris en charge par l’association Aremacs, qui accompagne et conseille dans la réduction, la gestion et la valorisation des déchets. L’éco-organisme Valdelia sera chargé de valoriser le mobilier en bois des exposants.

Enfin, 100 % de l’électricité consommée à Eurexpo Lyon sera réinjectée sur le réseau, par son équivalent en énergie verte

Concours à foison

Le Sihra dans sa version 2021 attirera un total de 137 candidats à un trophée et vingt-quatre compétitions, dont trois grands concours internationaux : le Bocuse d’or les 26 et 27 septembre, la Coupe du monde de la pâtisserie les 24 et 25 septembre, sans oublier l’International catering cup qui rassemblera les meilleurs traiteurs du monde, le 23 septembre.

Ces compétitions tous azimuts concerneront pas moins de 49 pays rassemblant sur place un total de… 300 chefs.

Le salon sera enfin l’occasion de faire un petit retour en arrière sur les cent dernières années de la gastronomie française. Et ce, à travers une exposition qui s’intitule “Chefs Révolution(s)”.

Son ambition est de retracer 100 ans d’expansion et de créativité de la cuisine française. L’occasion aussi de tirer un bilan, mais aussi de se projeter dans l’avenir.

Pas d’événement grand public

Dernière particularité de cette édition 2021, cette fois dans la case regrets : il n’y aura pas cette année d’événement grand public dans le cadre du Sihra. Et ce pour des raisons budgétaires. La crise du Covid et dans la foulée celle de l’événementiel est passée par là…

Reste l’ultime question que l’on peut se poser : le Sihra 2019 qui avait constitué un grand succès et marqué par un record d’affluence avait attiré à Lyon 225 000 professionnels. Mais combien cette année ?

Photo-Le podium lors du dernier Bocuse d’or en 2019 (photo Sirha). Pas de drapeau français, la France s’était classée seulement 6ème, le podium était uniquement scandinave. Le dernier trophée tricolore a été remporté en 2013…