Toute l’actualité Lyon Entreprises

Vous avez un projet et votre banquier vous demande un business plan ? Pourquoi et comment faire ?
Quand vous avez un projet, que ce soit une création d’entreprise ou un projet de développement, la rédaction d’un business plan est souvent incontournable. Le Business plan, ou plan prévisionnel d’activité, permet de traduire votre projet en éléments concrets, chiffrés avec une vision moyen et long terme de votre stratégie. Il est nécessaire pour convaincre vos partenaires du bien-fondé de votre projet (banquiers, investisseurs ou associés) et les rassurer sur la fiabilité du modèle.

L’adhésion à votre projet n’est pas une question de confiance sur votre capacité d’entrepreneur, les yeux fermés, hop, on y va ! C’est à vous de convaincre par un projet structuré et chiffré. A moins que vous n’ayez pas besoin de financement, personne à convaincre ?! Et encore, même dans ce cas, le Business plan est conseillé. Il vous apportera beaucoup à vous aussi dans sa phase de construction. Elle permet de se poser et de prendre du recul sur ses propres idées.

L’élaboration d’un business plan vous amènera à rédiger a minima un descriptif du projet et à chiffrer un compte de résultat, un bilan, un prévisionnel de trésorerie et un plan de financement, avec une projection sur trois ans minimum. Ensuite, vous pourrez préparer une note de synthèse pour mettre en avant les points principaux du projet et convaincre en un clin d’œil vos partenaires de vous suivre au bout du monde !

A quoi sert le Business Plan ?

En externe

Le Business Plan est votre support pour convaincre vos partenaires extérieurs. Souvent banquiers et/ou investisseurs, de vous suivre sur votre projet et d’investir dans votre entreprise. Que vous soyez une start-up avec un projet révolutionnaire ou une entreprise familiale qui veut investir dans une extension de son usine. Vous n’échapperez pas à la construction d’un plan prévisionnel.

De façon plus générale, il sert à présenter votre projet à tous les Tiers extérieurs concernés par votre évolution : Vous avez besoin du soutien de vos co-actionnaires, vous voulez intégrer de nouveaux associés dans le cadre de votre développement, vous avez besoin d’une base d’échange avec votre expert-comptable, votre avocat, etc.

En interne

La mise à plat de votre projet vous permet de traduire votre stratégie en données concrètes et de bâtir un projet d’entreprise. Cela vous donne un support pour mobiliser vos équipes autour de ce projet et d’en partager les objectifs. Un Business Plan, ce n’est pas juste un tableau de chiffres pour séduire les financeurs. C’est une perspective de croissance, avec peut-être un plan de recrutement, un besoin d’adapter les compétences, une stratégie commerciale, un plan de communication, une adaptation de l’outil industriel … Une magnifique opportunité de mobiliser vos équipes internes sur un but commun.

Pour vous-même

C’est le moment de rationaliser votre projet. Votre idée n’est-elle qu’une chimère ou une ambition réaliste ? Vous allez pouvoir vérifier la cohérence de votre projet et le Business Plan sera une aide à la décision pour la suite de votre développement. Vous allez peut-être vous apercevoir en rédigeant votre plan que vous n’aviez pas tout étudié sur son déroulement et prendre le temps d’approfondir certains aspects. Ou prendre conscience que votre nouvelle activité requiert des compétences qui n’existent pas dans l’entreprise et ainsi pouvoir anticiper soit sur un recrutement, soit sur un recours à une expertise extérieure. C’est l’occasion de planifier les différentes phases du projet et d’identifier les ressources nécessaires à sa réussite : humaines, financières, techniques, stratégiques…

En résumé, le Business Plan demande du temps et de l’énergie avant de lancer votre projet mais il vous permettra d’en valider la cohérence et la fiabilité. Cela ne peut qu’augmenter vos chances de réussite.

Walt Disney disait : « la différence entre un rêve et un projet, c’est une date ». Nous dirons ici que c’est une date … et quelques chiffres dans des tableaux !

Ce que traduit un Business Plan ?

Le descriptif du projet

Le Business Plan, c’est la transformation d’une idée, d’un concept en un projet structuré.

Tout d’abord, vous allez réaliser un descriptif du projet : Traduire en mots sa vision d’une activité ou d’une entreprise n’est pas si simple. Cela vous impose de clarifier vos ambitions, de dimensionner les phases de votre projet, de réfléchir aux ressources nécessaires, d’évaluer les financements à mettre en place, d’identifier les risques ou les opportunités de votre développement futur.

Une étude du marché est nécessaire pour évaluer la pertinence de votre projet ainsi qu’une analyse de la concurrence. Dans ce contexte, quelle sera votre stratégie : prix de vente, développement, élément différenciant ?

Vous devez argumenter sur les besoins du marché et ce qui vous rendra plus attractif que vos concurrents. 

De cette analyse découlera votre plan prévisionnel de chiffres d’affaires. C’est la clef de voûte de votre business plan. Ce n’est pas la peine de faire des plans sur la comète si vous n’avez pas de perspectives commerciales, qu’il s’agisse de développer un nouveau segment d’activité ou de remplacer une gamme de produits. Dans le même temps, vous allez identifier les risques et opportunités de votre marché. Ainsi, vous pourrez par la suite mesurer leurs impacts sur votre business plan. Il est souvent conseiller de réaliser plusieurs scenarii de votre business plan : votre vision, une vision pessimiste et une vision optimiste. Vous chiffrez alors immédiatement l’impact sur votre projet. En parallèle, vous chiffrez votre seuil de rentabilité = niveau de chiffre d’affaires minimum attendu pour avoir un résultat à zéro.

Au-delà de l’aspect commercial, vous listez les risques et opportunités de votre projet : S’agit-il d’une activité réglementée ? soumise à autorisation, à modification de la réglementation, subventionnée sous condition, … ? A nouveau, vous anticipez ainsi les contraintes et leurs impacts dans votre stratégie.

Enfin, vous validez le choix de votre projet sur son aspect juridique au sens large. Par exemple, en cas de création d’entreprise, vous vous renseignez sur la forme juridique la plus adaptée à votre projet, le statut social associé, le régime fiscal, …

La liste des points à travailler n’est pas exhaustive et s’adaptera à la structure de votre projet.

Les données chiffrées

Le contexte du projet étant défini, vous pouvez élaborer la partie financière du Business Plan.

Le compte de résultat

Exemple de compte de résultat prévisionnel – BDDD

Le compte de résultat, appelé aussi compte d’exploitation prévisionnel par certains, est le chiffrage de votre future activité. Il reprend votre plan prévisionnel de ventes et l’ensemble des charges de l’activité découpé selon ce que vous voulez suivre de votre activité : par exemple charges fixes/charges variables/impôts et taxes ou encore achats/sous-traitance/charges de personnel… Le découpage des charges et leur appellation peut varier selon les interlocuteurs.

L’essentiel est de s’assurer de l’exhaustivité des charges et d’enrichir votre document de notes présentant vos hypothèses de travail. Lors d’une présentation du business plan, il vous faudra être capable d’expliquer le contenu.

Le prévisionnel de l’activité doit se construire a minima sur trois ans, avec un découpage souvent de la première année par mois. Mais les périodes étudiées dépendent beaucoup de la dimension de votre projet. Si votre investissement est important et/ou que le projet comporte plusieurs phases de développement, le prévisionnel sera uniquement annuel mais portera sur beaucoup plus longtemps.

A partir du compte de résultat, vous pourrez calculer la CAF : Capacité d’auto-financement.  La CAF ne tient pas compte des décalages de trésorerie (voir après plan de trésorerie et Besoin en Fonds de Roulement). Elle se calcule par différence entre les produits encaissables et les charges décaissables, donc en simplifiant en excluant les éléments non cash comme les dotations aux amortissements.

 

Le prévisionnel de trésorerie

Exemple de plan prévisionnel de trésorerie – BDDD

En se basant sur le prévisionnel d’activité du compte de résultat, le prévisionnel de trésorerie ne retiendra que les données qui génèrent des flux de cash pour l’entreprise. Toujours par souci de simplification, il y aura deux grands types de flux :

  • Les encaissements : le chiffre d’affaires, exprimé en TTC puisqu’il sera encaissé de vos clients en TTC (Toutes Taxes Comprises = avec TVA). A noter la différence avec le compte de résultat qui est toujours en HT (Hors Taxe = sans TVA).
  • Les décaissements : les charges fournisseurs TTC, charges de personnel, …

En encaissements, le cas échéant, le Business Plan peut prévoir des encaissements ponctuels en complément de l’activité comme un apport en compte courant d’associés.

De même, en décaissements, le prévisionnel intègre le remboursement des emprunts mais il peut aussi quelquefois intégrer les décaissements d’investissements. Ce sont des flux que l’on retrouve plus souvent dans le plan de financement. Cependant, selon la taille de l’entreprise, il n’est pas toujours pertinent de multiplier les tableaux de suivi et cela peut avoir du sens d’apparaître ici. Seuls les puristes s’offusqueront des raccourcis empruntés ! A nouveau, l’essentiel est d’avoir des hypothèses claires et de s’assurer que toutes les données sont intégrées correctement.

Le Besoin en Fonds de Roulement (BFR)

Exemple de tableau de BFR – BDDD

Le BFR est votre besoin de cash, donnée notamment très importante en début d’activité, qui vous permettra de faire face au décalage de trésorerie de votre activité.

En effet, vous pouvez par exemple constituer un stock de marchandises dès le démarrage, payer vos salariés en fin de mois, payer vos fournisseurs les deux premiers mois et encaisser vos clients seulement le deuxième voire le troisième mois. Ces décalages dans le temps nécessitent d’être anticipés et financés. Ils sont souvent négligés et peuvent être fatals à votre projet.

Pour optimiser votre BFR, soyez vigilants sur vos conditions d’achats et de ventes et les délais accordés aux uns et aux autres.

Le BFR se recalcule sur chaque période de votre projet, notamment pour prendre en compte les phases de croissance ou de décroissance qui augmentent ou réduisent votre besoin. Une phase de développement nécessite souvent un besoin accru de cash.

Le plan de financement

Exemple de plan de financement – BDDD

Le plan de financement présente les ressources financières et les emplois du projet.

Les ressources financières du projet sont :

  • Les apports en capital,
  • Les emprunts
  • Les apports en compte courant
  • Les subventions
  • La CAF (Capacité d’autofinancement)

Les emplois sont :

  • Les investissements,
  • Les dividendes versés
  • Les remboursements d’emprunt
  • L’augmentation du BFR
  • ….

Un bilan prévisionnel

Exemple de bilan prévisionnel – BDDD

Toutes les données chiffrées précédemment permettent ensuite de construire le bilan prévisionnel de votre projet. Ce document est souvent moins analysé car il est la conséquence du reste mais c’est un bon outil de contrôle. Il donne aussi l’image du patrimoine de l’entreprise c’est à dire ce que sera l’entreprise chaque année : ce qu’elle possède à l’actif : immobilisations, créances clients, stocks, etc. et ce qu’elle doit au passif : capital, emprunt, dettes fournisseurs, etc.

En conclusion

L’élaboration d’un Business Plan est donc complexe mais nécessaire. Cela demande une vision claire de votre projet mais aussi de vous familiariser avec un jargon financier difficilement compréhensible quand ce n’est pas votre domaine. Si vous faites le choix de vous faire aider dans cette démarche, restez tout de même impliqué dans sa construction pour garder la maîtrise des hypothèses et avoir une bonne visibilité des principales données chiffrées.

Certains sites mettent à votre disposition des plateformes pour construire votre Business Plan. C’est le cas notamment de la Bpi France : bpifrance-creation.fr et de la CCI : business-builder.cci.fr

Enfin, n’hésitez pas à vous faire accompagner par un directeur financier externalisé à temps partagé de Bras Droit des Dirigeants Direction Financière.

 

Sur l’agence de Lyon Nord : Christine BERGOT


Newsletter LEInscription gratuite

Recevez gratuitement l'actualité économique de Lyon et sa région, décryptée, chaque mardi matin dans votre boite mail

Centre de préférences de confidentialité